Actualités, articles et infos sur le porno : films, actrices x

Porno: une nouvelle drogue ?

Porno: Le nouveau stupéfiant ?
Suite à un débat public du 9 octobre 2013 Aux USA.
Sujet: Le plus grand trafiquant de drogue aux Etats-Unis !
L’autre jour, j’ai entendu un gars dire que Starbucks était un coupable dans ce genre de ” trafic de drogue”, je me récuse de discuter le bien-fondé d’une telle accusation.

Mais si je vous disais que l’Internet “est le plus grand trafiquant de drogue aux Etats-Unis ?”

Un nombre croissant d’études vont dans le sens d’une telle affirmation en ce qui concerne une nouvelle «drogue»: la pornographie sur Internet. L’Enquête nationale aux Etats-Unis sur l’utilisation des médicaments et de la santé estime qu’en 2008, on comptait 1,9 millions d’utilisateurs de cocaïne. Selon l’Agence centrale de renseignement, on estime à 2 millions les utilisateurs d’héroïne aux États-Unis, avec environ 600.000 à 800.000 toxicomanes hardcore considérés. Comparez ces chiffres aux 40 millions d’utilisateurs réguliers de la pornographie en ligne en Amérique.

La recherche neurologique a révélé que l’effet de la pornographie sur internet sur ​​le cerveau humain est tout aussi puissant, sinon plus que des substances chimiques additives comme la cocaïne ou l’héroïne. Dans une déclaration devant le Congrès, le Dr Jeffrey Satinover, psychiatre, psychanalyste, physicien et ancien boursier en psychiatrie à Yale, a mis en garde :

Avec l’avènement de l’ordinateur, le système de livraison de ce stimulus addictif (la pornographie sur Internet) passe presque sans résistance. C’est comme si nous avons mis au point une forme d’héroïne 100 fois plus puissante que jamais, utilisable dans l’intimité de sa propre maison et injectée directement dans le cerveau par les yeux. Il est maintenant disponible en quantité illimitée via un réseau de distribution géant, glorifié comme art et protégé par la Constitution Américaine.

Bien que la pornographie, sous une forme ou une autre, a toujours existée dans l’histoire humaine, son contenu et la façon dont les gens accèdent et consomment ont radicalement changé au cours des dernières décennies avec l’avènement de l’Internet et des technologies connexes .

Il ya trois raisons principales qui font que la pornographie sur Internet est radicalement différente des formes antérieures :
– son ( 1 ) Accès facile ( K. Doran , professeur d’économie à l’ Université Notre-Dame , estime que 80 % à 90 % des utilisateurs affichent du contenu porno gratuit en ligne ) ,
– ( 2 ) l’accessibilité ( accès 24/7 n’importe où avec une connexion Internet ) , et surtout
– ( 3 ) l’anonymat . Ces trois facteurs combinés avec la description de l’expérience de la pornographie sur Internet de vraies personnes effectuant des actes sexuels réels, tandis que le spectateur observe a créé un puissant narcotique dans le sens le plus littéral.
Pourtant, beaucoup diront que la pornographie est simplement un « discours », une forme d’expression sexuelle qui devrait être protégée comme un droit constitutionnel en vertu du Premier Amendement.

La question des droits du Premier Amendement est indéniablement l’obstacle ultime à effacer d’un point de vue juridique et nous parlerons de cette question dans le discours public de l’essai de demain. Aujourd’hui, je commence mon analyse à partir d’un point de vue scientifique, car les résultats neurologiques récents ont mis en évidence que la pornographie sur internet est beaucoup plus que la simple «parole».

Bien que le terme “toxicomanie” a été généralement réservée aux substances chimiques ingérés physiquement (ou inhalés ou injectés) dans le corps, la pornographie sur internet – pris dans à travers les yeux – affecte le cerveau chimiquement et physiquement d’une manière similaire à celle d’un produit chimique avec les substances illégales. William M. Struthers , professeur de psychologie à Wheaton College , explique dans son livre Wired for Intimacy : Comment la pornographie détourne le cerveau masculin et que la pornographie fonctionne “par le même circuit neuronal , a les mêmes effets à l’égard de tolérance et de sevrage , et a toutes les autre caractéristique d’une dépendance” .

C’est parce que les mêmes parties du cerveau réagissent à deux substances illicites et l’excitation sexuelle. La *dopamine, la substance chimique déclenchée par l’excitation sexuelle et l’orgasme est également un produit chimique qui déclenche les voies de la toxicomanie dans le cerveau. Comme Donald L. Hilton Jr. MD, un neurochirurgien pratiquant et professeur agrégé de clinique de neurochirurgie à l’Université du Texas, observe:
La pornographie est une phéromone visuel, un cerveau puissant médicament de 100 milliards de dollars par année qui est en train de changer la sexualité encore plus rapidement à travers la cyber- accélération de l’Internet. Il “inhibe l’orientation” et “perturbe la communication pré-accouplement entre les sexes en pénétrant l’atmosphère”.

Pensez au cerveau comme à une forêt où les sentiers sont suivis par des randonneurs qui marchent le long de la même voie, encore et encore, jour après jour. L’exposition à des images pornographiques crée des voies nerveuses similaires qui, au fil du temps, deviennent de mieux en mieux “pavée”. Ces voies neurologiques deviennent finalement le sentier dans la forêt du cerveau par lequel les interactions sexuelles sont acheminées. Ainsi, un utilisateur de la pornographie a “créé involontairement un circuit neurologique” qui à développé son point de vue par défaut sur les questions sexuelles et qui est régie par les normes et les attentes de la pornographie.

Ces “chemins du cerveau” sont capables d’être lancés et “ouverts” en raison de la plasticité du tissu cérébral. Norman Doidge, psychiatre, psychanalyste, et auteur du best-seller international, Le cerveau qui change lui-même, explore l’impact de la neuroplasticité sur l’attraction sexuelle dans un essai et étudie les coûts sociaux de la pornographie. Dr Doidge note que le tissu cérébral impliqué dans les préférences sexuelles est particulièrement malléable. Ainsi, les images pornographiques en dehors du stimuli classique existant auparavant (par exemple, la torture physique et l’excitation sexuelle) peuvent provoquer des neurones précédemment non reliés au cerveau pour apprendre à un nouveau comportement, la torture physique déclenche l’excitation sexuelle dans le cerveau. Ce tir en tandem de neurones crée des «liens» ou des associations qui se traduisent par de puissantes nouvelles voies cérébrales qui restent même après que les stimuli extérieurs instigateurs sont enlevés.
À la lumière de la nouvelle science du cerveau, la communauté scientifique pertinente (l’American Society of Addiction Medicine), qui permet de croire que la dépendance est principalement un comportement, à récemment redéfini l’addiction principalement comme une maladie du cerveau qui tourne autour du système de récompenses neurologiques. La puissance de la pornographie sur Internet sur ​​le système de récompense neurologique la place clairement dans cette nouvelle définition de la «dépendance».

Notes du traducteur de cet article: Les Etats-Unis ont aussi un problème de puritanisme intrinsèque vis à vis de la pornographie, alors que ce sont les principaux fournisseurs du monde dans ce secteur. On en arrive à comparer le sexe à une drogue, et même si on peut admettre que certaines images peuvent inciter certaines personnes à avoir des comportements sexuels qu’elles n’auraient pas eues sans elles, il ne s’agit que de sexe ! La drogue pour moi c’est autre chose, une substance pas naturelle que l’on s’introduit dans le corps ! La dopamine reste une substance naturelle fabriquée par le cerveau comme récompense mais elle est totalement naturelle !
Si on suit ce raisonnement manger est une drogue, boire de l’eau est une drogue ! Dormir aussi pourquoi pas. je pense que les psys vont souvent trop loin dans leurs analyses.
Nous sommes dépendants de la nourriture aussi ! Et il y a trop de gens obèses. Je trouve que c’est plus dangereux qu’une soi-disant dépendance au sexe !

* Dopamine: Elle contrôle la stimulation de plusieurs zones du cerveau, et joue en particulier un rôle primordial dans la motivation physique. Une importante carence en dopamine (comme dans la maladie de Parkinson), peut rendre impossible certains mouvements. Inversement, un excès de dopamine déclencherait des hallucinations et un état schizophrène. C’est notamment le mécanisme impliqué avec la cocaïne, qui empêche la recapture de la dopamine et accentue donc son action. La nicotine aussi provoque aussi une augmentation de la transmission dopaminergique.

Un commentaire sur “Porno: une nouvelle drogue ?
  1. First of all, let me say that I relaly enjoy this blog and think it relaly brings perspective and answers to some of the preoccupation of a modern society. I must say I was relaly looking forward to this post, judging by the last 2 of this serie, I relaly expected it to be something. Sadly, my expectations were not met. I feel like there was a disconnect between this 3rd post and the two last ones. Let me explain Judging by the image used to represent this serie, you see young guys, quite slim and not all that muscular. I relaly though this was the direction but the conclusion brings us somewhere I don’t completely understand. This might be my own opinion but i don’t relaly see the type of body described in this post as a 2011 typical pornographic male body. On the contrary I feel like the male body envisioned by the younger crowd is either extremely slim, or relaly defined/muscular but definitely not as over exaggerated as in the last picture.In fact, I have been struggling more and more recently with this constant need to be either very slim and toned or muscular to feel desired or even looked at in the gay community. I was hoping this post would lead me to some reflections on the matter. I simply felt like these images were an easy fix to this subject when I think there was room for a more extensive discussion on it.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *